Jean Vigo, l'étoile filante


De Jean Vigo
Sortie le 6 janvier 2021


Intégrale Jean Vigo : L'Atalante, Zéro de conduite, A propos de Nice, Taris ou la natation

Fiche Technique

A PROPOS DE NICE

France • documentaire • 23’ • 1930 • Version restaurée

Une promenade dans Nice où l'on voit le décor et son envers. Avec ce court-métrage qu'il décrivait comme un «point de vue documenté», Jean Vigo se positionne en faveur d'un art engagé, il construit son film sur des contrastes, des associations d'images chocs et porte un regard satirique sur le monde fortuné des estivants.


TARIS OU LA NATATION

France • 11 min  • 1931 • Version restaurée

Trois semaines après la réalisation de ce qui devait constituer le premier volume d’une série sur le sport, et restera finalement prototype sans suite, Vigo le reniait déjà. Pourtant, le traitement que Vigo réserve à l’insu sans doute de son sujet, au champion de France de natation d’alors, tient du prodige d’ironie non méchante : nous saurons tout de la nage en piscine, et à la fois rien, bien sûr. L’effort humain est célébré, mais moquée est sa prétention à s’ériger en modèle.


ZÉRO DE CONDUITE

Avec Jean Dasté, Robert le Flon, Du Verron
France • 44 min • 1933 • Version restaurée

C'est la rentrée scolaire dans un collège de province. La vie reprend avec les chahuts au dortoir, les punitions traditionnelles, les récréations, les études houleuses et les conflits avec l'administration. Un soir, les pensionnaires décident de se libérer de l'autorité des adultes et déclenchent une révolte. Une œuvre impertinence et iconoclaste, la plus autobiographique de Jean Vigo.


L'ATALANTE

Avec Michel Simon, Dita Parlo, Jean Dasté
France • 88’ • 1934 • Version restaurée

La jeune femme d'un marinier, fatiguée de sa vie monotone sur la péniche « l'Atalante », se laisse un jour attirer par les artifices de la ville, laissant son mari dans un profond désespoir. Mais cruellement déçue, elle revient à lui et le bonheur tranquille reprend son cours le long des fleuves, en compagnie du vieux marinier, le père Jules. Un monument du cinéma !