AMOUR 65

De : BO WIDERBERG

Avec : Cinéaste en vue, marié à la belle Ann-Mari avec qui il a une petite fille, Keve peine à trouver l’inspiration. Son mariage bat de l’aile … Il organise comme chaque année une fête dans sa villa au bord de la mer avec ses amis. Ben Carruthers, acteur principal de Shadows s’y invite ainsi que la ravissante Eva-Britt, son actrice fétiche…


SUEDE, 1965, PAL, 1.66 - 1h30
2, N&B, mono
13.00 €


Romancier, scénariste et critique de cinéma, Bo Widerberg (1930-1997) signe en 1962 un violent pamphlet qui stigmatise le passéisme du cinéma suédois contemporain, y compris celui de Bergman, jugé trop métaphysique. Avec le PÉCHÉ SUÉDOIS (1962) et LE QUARTIER DU CORBEAU (1963), il est considéré comme le chef de file d’une “nouvelle vague” suédoise, spontanée et sensuelle, réaliste et hédoniste. AMOUR 65, son 3ème film, le rapproche encore davantage de la Nouvelle vague française. La consécration internationale arrive avec le triptyque ELVIRA MADIGAN (1967), ADALEN 31 (1969) et JOE HILL (1971), tous primés à Cannes.

Ce film est le plus autobiographique de Bo Widerberg, variation sur l’art de créer et d’aimer. Très inspiré par Shadows de John Cassavetes (1959), le film est composé de dialogues partiellement improvisés, d’où se dégage un étonnant sentiment de liberté et de légèreté. Widerberg crée une œuvre très personnelle et originale, où il donne à voir tout l’esprit de cette époque.

Livret 12 pages : Amour 65 par Marten Blomkvist – Analyse de Jean Beranger

"C’est le 8 ½ de Widerberg , œuvre discontinue, hétérogène, fondée sur la rupture et le changement de ton." L’HUMANITE par Vincent OSTRIA

"Avec Amour 65, Bo Widerberg filme une cartographie du cœur, d’une mélancolie lumineuse."TOUTE LA CULTURE

"Amour 65 s’offre alors comme une suite déroutante de variations libres, sur le modèle des improvisations de jazz " CRITIQUE-FILM




Voir un extrait en vido :