Best of Halas & Batchelor SO BRITISH

De : John Halas & Joy Batchelor

Grande-Bretagne, 1938 - 1995, PAL, 1.66 - 312 mn
zone 2, Couleur et N&B, mono
16.00 €


John Halas, émigré hongrois, et Joy Batchelor, née à Londres, fondèrent le studio Halas et Batchelor en 1940. Ils commencèrent par faire des films publicitaires, des films de propagande pendant la seconde guerre mondiale, puis des reportages pour le ministère de l'information durant l'après-guerre. A l'époque du festival de Grande-Bretagne en 1951, ils s'étaient déjà forgés la réputation d'être le meilleur studio d'animation anglais. Leurs films étaient autant des fictions que des films expérimentaux, qui reflétaient leur intérêt pour l'art moderne, la philosophie et leur conception de l'animation comme un média progressiste. Ils produisirent le premier long-métrage d'animation britannique entièrement encré, LA FERME DES ANIMAUX, adaptée d'Orwell (disponible en DVD chez Malavida) et continuèrent à améliorer leur technique de création et de production dans les décennies suivantes.

Le DVD 1 rassemble tous les courts–métrages de Halas et Batchelor ayant obtenu des récompenses internationales, auxquels nous avons rajouté MUSIC MAN, leur 1er film réalisé ensemble. Au temps des jeux vidéo et des longs-métrages Pixar, certains de ces courts ont certes un peu vieilli, mais un court-métrage comme DILEMNA représentait à l’époque une réelle innovation technique, et du point de vue de l’histoire des techniques et du cinéma d’animation, tous ces films nous ont semblé intéressants.

Le DVD 1 rassemble 18 films que vous pouvez visionner sous plusieurs formes :
• La succession de ces 18 films sous une version par défaut (en VF lorsqu’elle existe).
• Film par film, avec le choix de chacune des versions de langue existantes.
• Une sélection pour les plus jeunes, dynamique et ludique, avec des films muets.
• Une sélection de films en VO comportant des dialogues et des textes en anglais,
avec la possibilité d’enlever les sous-titres anglais.

Le DVD 2 regroupe des programmes autour de la musique, parmi les meilleurs jamais produits par le studio : LES CONTES D’HOFFNUNG (HOFFNUNG TALES) et RUDDIGORE (en VO, mais avec la possibilité de voir ce programme sous-titré en anglais)

En complément : des analyses des films par Paul Wells (historien du cinéma d’animation), Tony Guy (responsable de l’animation de H&B) et Vivien Halas (fille de John Halas et Joy Batchelor, graphiste et animatrice du Fond Halas & Batchelor).



DVD 1 :

MUSIC MAN
1938, 5 minutes
La première réalisation de John Halas en Grande-Bretagne, en technicolor, qui lui permit de rencontrer sa future femme et associée : Joy Batchelor. Basée sur la vie de Franz Liszt, il travailla alors avec un jeune artiste hongrois, Imre Hajdu, qui sera connu plus tard sous le nom de Jean Image, figure française du cinéma d’animation.

MAGIC CANVAS (LA TOILE MAGIQUE)
1948, 10 minutes, muet
Après la guerre, le studio a réalisé ce dessin animé d’une fluidité et d’une beauté remarquables, une véritable prouesse technique bien avant les techniques liées à l’arrivée de l’ordinateur, et illustrant comment l’union entre le corps et l’esprit de l’Homme mène à l’épanouissement personnel.
Juste après la guerre, John et Joy firent ce film personnel et expérimental pour se libérer des sentiments liés à la guerre, et pour « se changer les idées » après toute une période passée à réaliser des films de propagande.

THE OWL AND THE PUSSYCAT (LE HIBOU ET LA CHATTE / MONSIEUR HIBOU ET DAME MINETTE)
Sélection Officielle courts-métrages (réalisation), Festival de Cannes 1954
1952, 7 minutes, VO, sous-titres titres anglais
L’escapade amoureuse d’un hibou et d’une chatte partant en mer à bord d’un haricot vert. Ils emportent avec eux du miel et de l’argent, prêts à naviguer vers le lointain pays où pousse l’arbre « bong ».Cette fable, basée sur un poème fantaisiste d’Edward Lear, est l’un des premiers dessins animé stéréoscopique au monde (en relief).

THE FIGUREHEAD (LA FIGURE DU PROUE)
1953, 9 minutes, VF, VO , sous titres anglais
Sélection Officielle courts-métrages (réalisation), Festival de Cannes 1953
Un poème sur un amour qui n’est pas payé de retour. Un Saint sculpté dans le bois est peint de manière à ressembler à un soldat pour devenir la figure de proue d’un voilier. Lorsque le navire sombre, il est sauvé par une magnifique sirène qui tombe follement amoureuse de lui. Mais lui ne l’aime pas, car malgré sa fringante apparence, il possède toujours le cœur en bois d’un saint.
Ce court métrage, basé sur un poème de Cosbie Garstin, est la première production du studio avec des marionnettes.

HISTORY OF THE CINEMA (HISTOIRE DU CINEMA)
1957, 10 minutes, VF, VO, sous titres anglais
Nomination Meilleur film d’animation, BAFTA Awards 1957
Grand Prix, Festival de Milan 1957
Compétition Officielle courts-métrages (réalisation, scénario et dialogues, montage), Festival de Cannes 1957
Cette courte histoire animée du grand écran emprunte volontiers à la satire. Ce film hilarant couvre plus de 100 ans d’histoire du cinéma avec un savant mélange de faits réels et de fiction. Le film a énormément attiré l’attention lors de sa sortie et a été choisi pour être projeté au Royal Command Film Performance (gala annuel en présence de la famille royale).

CULTURED APE
1960, 7 minutes, VO, sous-titres anglais
Premier Prix, Mostra de Venise 1959
Tiré de HABATALES, série animée de 6 épisodes diffusée sur ABC TV en 1959. Pas toujours politiquement corrects, ces six courtes histoires reflètent toutefois la folie de la nature humaine. Destinées plus à un public d’adultes que d’enfants, ces paraboles humoristiques étaient les premières du genre. Cet épisode suit un singe extrêmement cultivé, très déçu par notre culture moderne.

FOO FOO - The Stowaway (FOO FOO - Le clandestin)
1960, 6 minutes
Premier Prix, Mostra de Venise 1962

Foo Foo est une série télévisée animée de 33 épisodes diffusée en 1961 sur ABC Television. C’est un alter-ego animé de Charlie Chaplin, un clown optimiste mais gaffeur. Dans cet épisode le petit héros devient passager clandestin sur un paquebot transatlantique, ce qui aura des conséquences désastreuses.

SNIP AND SNAP - Top Dogs (SNIP AND SNAP – Super chiens)
1960, 6 minutes, muet
Premier Prix, Mostra de Venise 1960
Cette histoire est tirée d’une série destinée aux jeunes enfants produite pour la télévision britannique. Elle met en scène les aventures de 3 chiens en papier : Snap, Snarl et Sniff. Elle compte 26 épisodes et fût diffusée sous le nom SNIP THE MAGIC SCISSORS. Les personnages en papier furent créés en origami et kirigami par l’artiste danois Thoki Yenn, travaillant sous le pseudonyme Thok. Les sculptures, faites à partir de cartes pliées, étaient animées image par image.

INSOLENT MATADOR
1960, 7 minutes, VO
Un matador n’affronte que des taureaux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.
Egalement tiré de HABATALES, comme THE CULTURED APE, série animée de 6 épisodes diffusée sur ABC TV en 1959.

HAMILTION AT THE MUSIC FESTIVAL (HAMILTON AU CONCERT)
1961, 10 minutes, VF,VO, sous titres anglais
Hamilton, un éléphant qui à une trompette en guise de trompe, quitte le cirque où il travaille et devient babysitter. Lorsqu’il entend jouer un orchestre, il oublie tout, avec les désastreux résultats que l’on peut imaginer.

AUTOMANIA 2000
1963, 10 minutes, VO, VF
Nomination Oscar meilleur court métrage, Academy Awards 1963
BAFTA du meilleur film d’animation, BAFTA Awards 1964
Premiers Prix : Festival de Moscou, 1963 / Festival de Locarno, 1963 /Festival de Barcelone, 1963 / Festival d’Oberhausen 1964 / Festival de Tel Aviv 1965
Un tour de force satirique sur le matraquage technologique. Ce film humoristique, étrangement prophétique, se penche sur l’état du monde à l’aube du nouveau millénaire. Dans la course à la production des voitures toujours plus grandes et toujours plus performantes, nous voyons de quelle manière l’humanité s’adapte à la vie dans un monde d’embouteillages.

THE SYMPHONY ORCHESTRA (L'ORCHESTRE SYMPHONIQUE)
1964, 8 minutes, VO
Premier Prix, Mostra de Venise 1965
Diploma, Festival de Chicago 1965
Nomination meilleur film d’animation, BAFTA Awards 1966
C’est un orchestre pas comme les autres, où les gags visuels et musicaux abondent. En effet le chef d’orchestre est pour le moins…enthousiaste. Ce film est tiré de la série animée TALES FROM HOFFNUNG (LES CONTES D'HOFFNUNG), basée sur les livres du caricaturiste et musicien Gerard Hoffnung.

BUTTERFLY BALL
1974, 4 minutes, VO sous titres VO
John Grierson Award 1974
Ce vidéoclip avant l'heure met en scène en partenaires improbables insectes, grenouilles et petits animaux de la forêt, avec pour toile de fond les riches illustrations d’Alan Aldridge. La chanson « Love is All » de Roger Glover, est tirée de « Butterfly Ball », album solo produit par le bassiste du groupe Deep Purple, Roger Glover, paru en 1974. Cet élégant film d’animation réalisé dans un style classique qui célèbre l’ère et l’univers psychédélique des Beatles était diffusé sur Antenne 2 comme « interlude » dans les années 70.

AUTOBAN
1979, 13 minutes, VO
Une interprétation visuelle de la musique de Kraftwerk: Autobahn.
Un film expérimental qui se trouve être une combinaison innovante d’animation artisanale et numérique. AUTOBAN marque le début de la célébrité du groupe considéré aujourd’hui comme l’inventeur de la musique électronique

DILEMNA
1981, VO
Compétition Officielle Courts métrages (réalisation, scénario et dialogues), Festival de Cannes 1981
Meilleur court métrage, Festival de Moscou 1981
Film de l’année, Festival de Londres 1981
Ce film se demande si le genre humain utilisera la science et la technologie pour le bien de la planète ou s’il l’utilisera de manière destructrice et négative. C’est le premier film entièrement produit en digital, créé en collaboration avec Jim Lindner, de la Computer Creations (Indiana). Il fut projeté en salle avec le film STAR WARS, LE RETOUR DU JEDI, en Grande-Bretagne.. Halas décrit ce film comme étant « le film le plus important de [sa] vie ».

PLAYERS
1982, 7 minutes
Prix Spécial du Jury, Festival de Montréal 1982

A MEMORY OF MOHOLY-NAGY
1990, 15 minutes, VO sous titres anglais
Un documentaire animé en hommage à la vie et au travail du mentor et ami hongrois de John Halas, l’artiste avant-gardiste Laszlo Moholy Nagy.
Le film mélange animation classique et photos pour révéler les nombreuses facettes de son travail, dont les travaux incarnent le mouvement Bauhaus en Europe. Rythmé et bourré d’informations, le film jouit d’une narration fluide qui ne laisse jamais le spectateur se perdre en route.

KNOW YOUR EUROPEANS
1995, 10 min, VO sous titres anglais
Le Prince Charles est notre hôte dans cette parodie irrévérencieuse de l’imagerie anglaise : les héros, les méchants, les hommes d’esprit, les écrivains, les artistes et les musiciens anglais, afin de trouver ce qui rend les britanniques si…britanniques.
L’Oscarisé Bob Godfrey, l’un des plus grands animateurs du cinéma britannique, s’est associé à Colin Pearson (qui a écrit le scénario) et Rowland Lee (qui a adapté et arrangé la musique de Sir Arthur Sullivan) afin de créer ce dessin animé complètement extravagant et décalé.

DVD 2 :

En 1964, le studio Halas et Batchelor réalisa sept courts-métrages animés de 9 minutes chacun, TALES FROM HOFFNUNG (LES CONTES D'HOFFNUNG), inspirés de l'œuvre du dessinateur et clown musical Gerard Hoffnung.
Né en 1925 à Berlin, Hoffnung fuit l'Allemagne pour Londres à l'âge de treize ans. Il y trouvera la gloire comme dessinateur et musicien. Mort précocement à l’âge de 34 ans, il laisse une œuvre riche et foisonnante, tour à tour artiste, professeur, dessinateur, caricaturiste, musicien et joueur de tuba, homme de radio et conteur , conférencier très prisé à Oxford et Cambridge, visiteur de prison et … Quaker.

PALM COURT ORCHESTRA
THE MAESTRO
PROFESSOR YA-YA'S MEMORIES
BIRDS BEES AND STORKS
THE MUSIC ACADEMY
THE VACUUM CLEANER
THE SYMPHONY ORCHESTRA

RUDDIGORE (56 mn), l'adaptation par Halas et Batchelor de l'opérette de Gilbert et Sullivan, fut mise en route en 1964, et achevée en 1967. Réalisé par Joy Batchelor, c'est le premier opéra adapté en dessin animé. D'autres tentatives d'adaptation de leur œuvre échouèrent au motif que les puristes de Gilbert et Sullivan souffriraient de voir adapter de tels classiques sous une telle forme. Et même RUDDIGORE, le moins populaire d'entre eux, représentait un risque. Ces difficultés rejaillirent tout le long de l'élaboration du projet marquée par d'incessants changements dans la narration ou dans la musique. RUDDIGORE OU LA MALEDICTION DE LA SORCIERE, est la dixième collaboration de Gilbert et Sullivan. La pièce fut jouée au Savoy Theatre en 1887. Avec insolence, Gilbert y parodie le genre mélodramatique. Les héros y sont peu héroïques, les méchants pleins de réussite, et la fin indécise.




Voir un extrait en vido :

BAB_Halas&Batchelor
envoyé par malavidafilms


Ext Ruddigore
envoyé par malavidafilms


Ext The symphony orchestra
envoyé par malavidafilms


Ext Autobhan
envoyé par malavidafilms