CENDRES ET DIAMANT

De : Andrzej Wajda

Pologne, 1958, PAL, 99 mn
zone 2, N&B, VOSTF, Version restaurée, Chapitrage
15.00 €


1945. Jour de l’Armistice dans une petite ville polonaise, au coeur des combats entre communistes et nationalistes. Maciek, jeune homme aguerri par la lutte armée, reçoit l’ordre de tuer le nouveau secrétaire général du Parti Communiste local, Szczuka. Mais suite à un mauvais renseignement, il assassine des innocents… Attendant de pouvoir achever sa mission, il rencontre une serveuse de bar avec laquelle il va vivre une liaison fulgurante...


Considéré comme le chef-d’oeuvre de Wajda, Cendres et diamant fut un sommet du cinéma mondial, un événement cinématographique (scénario, interprétation, image) mais aussi politique, car totalement dénué d’idéologie. Cette 3ème partie de la fameuse Trilogie de la Guerre (avec Génération et Kanal) lui donne une renommée internationale et le consacre comme un auteur majeur, l’égal de Buñuel et Bergman. Cendres et diamant est le film culte de Francis Ford Coppola de Martin Scorsese.

Surnommé le James Dean polonais, Zbigniew Cybulski a connu une trajectoire éphémère et intense, à l’image de son modèle américain. En 1967, il est victime d’un accident tragique. Incarnant à la perfection le héros torturé d’un combat ambigu, il est devenu avec ce rôle un véritable mythe du cinéma polonais.

..................................................................................................................................................................................................

Livret d’analyse de 12 pages

BONUS : deux interviews vidéo d’Andrzej Wajda
• A propos de Cendres et diamant (35 mn, vostf)
• Notes sur l’histoire (14 mn, vostf) Andrzej Wajda revient sur la genèse, le tournage et la réception du film
..................................................................................................................................................................................................

« Ce film a la force d’une hallucination : en fermant les yeux, certaines images me reviendront en flashback
avec la même force que lorsque j’ai découvert le film »
MARTIN SCORSESE

..................................................................................................................................................................................................

CITATIONS DE PRESSE :

« Un classique, expressionniste en diable, traversé d’images chocs »
LE MONDE

« Le chef d’œuvre de Wajda : l’illusion et la désillusion, l’urgence, le romanesque »
LIBERATION

« Cybulski, l’égal d’un James Dean, un Marlon Brando ou un Gérard Philipe » PREMIERE

"Le film au noir et blanc expressionniste et à la mise en scène baroque, multiplie les images chocs... frappant et superbe"
TELERAMA

"Tourné en plongées et en contre-plongées dans un noir et blanc contrasté, ce film saisissant d’Andrzej Wajda a fini de l’imposer comme un maître, avec son acteur Zbigniew Cybulski en héros romantique de la Nouvelle Vague polonaise"
CANARD ENCHAINE

"Cybulski a la nonchalance d’Elvis et la grâce fragile de James Dean"
DVD CLASSIK


Prix FIPRESCI – Festival de Venise 1959