COFFRET CLASSIQUES DU CINEMA GEORGIEN

De : Tenguiz Abouladze

Géorgie, 1962-1984,
Zone 2, A PRIX TOUT DOUX POUR LES FETES !
17.00 €


Coffret classiques du cinéma géorgien / 4 films de Tenguiz ABOULADZE

Tenguiz ABOULADZE(1924-1994) réalise sept films de fiction entre 1955 et 1984, tous des adaptations de la littérature géorgienne, à l’exception du Repentir, son film le plus connu, Grand Prix à Cannes en 1987. Il aura construit une oeuvre forte, humaniste, au style visuel très imagé et très inspiré de la culture populaire de son pays. Une grande redécouverte.

MOI GRAND MERE, ILIKO ET ILARION
85 mn • 1962 • N&B • VOSTF

La succession des jours dans un village géorgien, vue à travers les yeux de Zuriko, orphelin élevé par sa grand-mère bougonne et deux voisins, Iliko et Illarion. Zuriko et Cira s’aiment depuis longtemps. Mais Zuriko doit partir à la ville pour étudier...

Truculence et drôlerie masquent la souffrance, le récit est marqué par la présence forte de la nature et un travail attentif sur le cadrage et la lumière. Évoquant des personnages hauts en couleur, MOI, GRAND-MÈRE, ILIKO ET ILLARION est l’occasion de parler de solidarité et de responsabilité mutuelle
sur un mode poétique et comique.

UN COLLIER POUR MA BIEN-AIMÉE
71 mn • 1971 • Couleur • VOSTF

Un village de Géorgie. Bahadour veut épouser Serminaz mais le projet est compromis car le jeune homme est en concurrence avec plusieurs prétendants. Pour être l’élu, il doit offrir à sa fiancée le plus beau cadeau qui soit…

Le film, très influencé par le néoréalisme italien, a recours à de nombreuses paraboles humoristiques et épiques et va à l’encontre du cinéma officiel géorgien. Il s’y développe une vraie nature poétique et une réelle originalité, en privilégiant simplicité et humanisme. Manifeste contre l’obscurantisme, c’est un hommage aux traditions et à l’art populaire géorgien.

L’ARBRE DU DÉSIR
102 mn • 1977 • Couleur • VOSTF
Sélection Festival International du Film de Chicago 1978

Dans un village reculé du Caucase, peu avant la Révolution, Guédia et Marita vivent le début de leur amour. Mais, dans cette société encore ancestrale, leur destin est soumis à la décision du Conseil des sages. La jeune fille se voit contrainte d’épouser Shota, issu d’une famille fortunée...

Tenguiz Abouladze filme des rêveurs, des anarchistes et des vagabonds. Il est question de rêves brisés et de fantaisies incomprises. Sur un ton poétique, drôle et amer, ce conte philosophique plaide pour la liberté et la tolérance. Abouladze confirme par sa beauté formelle qu’il est peintre et poète, en plus d’un grand metteur en scène.

LE REPENTIR
144 mn • 1984 • Couleur • VOSTF
Grand prix du Jury Festival de Cannes 1987

Varlam Arabidze, maire tyrannique d’une ville de Géorgie, est enterré en grande pompe. Mais sa tombe est bientôt régulièrement profanée et son cadavre déterré. La coupable est Keti Barateli, qui venge ainsi ses parents, artistes et figures de l’intelligentsia, qui furent déportés par Arabidze...

Ce film emprunte au surréalisme méditerranéen et à la fantasmagorie, jugés plus pertinents par le
cinéaste pour retranscrire le calvaire enduré par le peuple. Fable anti-totalitaire et satire poétique du
pouvoir dictatorial incarné alors par Staline et Brejnev, ce film marque une période de dégel dans la censure soviétique. Le Grand Prix du Jury à Cannes lui confère une stature internationale et un énorme retentissement.