JE SUIS CURIEUSE EDITION JAUNE

De : Vilgot Sjöman

Avec : Lena Nyman, Vilgot Sjöman, Börje Ahlstedt, Peter Lindgren, Chris Wahlström
Suède, 1967, PAL, 1,37 - 116 mn
zone 2, N&B, mono
13.00 €


Titre original : JAG ÄR NYFIKEN – EM FILM I GULT
Titre anglais : I AM CURIOUS (YELLOW)

Film en version originale sous-titrée en français

Dans le Stockholm des années 60, Lena Nyman, étudiante de 22 ans et activiste, s’intéresse - sous la caméra d’un jeune réalisateur qui est aussi son amant - à des questions qui dérangent ses concitoyens: la lutte des classes, la révolution sexuelle, la non-violence. Elle sillonne donc son pays, avec micro et magnéto, avide de mieux le comprendre. Mais elle en profite également pour mieux connaître les hommes…

Avant tout magnifique portrait d’une jeune femme sincère, entêtée et… libérée, dans une société en plein bouillonnement, filmé dans un esprit nouvelle vague et frondeur, JE SUIS CURIEUSE édition Jaune est le 1er film d’auteur à inclure des scènes de sexe explicite. Censuré dans de nombreux pays, il fait 500 000 entrées en France, après coupures. D’abord interdit aux USA, il provoque un débat national qui remonte jusqu’à la Cour Suprême, autorisant finalement sa distribution. Le film réalise alors un box office de 20 millions de dollars, qui restera le record pour un film étranger pendant près de 20 ans.

40 ans après, le film ne choque (presque) plus, mais reste un chef d’œuvre des années 60, égratignant nombre de clichés sur un pays alors à la pointe de l’Etat Providence. Certes, Sjöman joue sur une forme de provocation politique, sociale et morale, mais avec le talent et l’intelligence d’un des plus grands réalisateurs suédois. Entremêlant vie réelle et fiction avec une fascinante ambiguïté, c’est cette virtuosité-là du film, son humour, sa sincérité et sa force politique intacte que l’on retient aujourd’hui beaucoup plus que son côté sulfureux.

Interdit aux moins de 16 ans

Le film a été conçu en 2 parties : JE SUIS CURIEUSE – EDITION BLEUE en constitue le 2nd volet.

BONUS : chapitrage – livret (20 pages) : journal de tournage de Vilgöt Sjoman

Version restaurée – nouveaux sous-titres

Quelques savoureux extraits de presse de l'époque, pour pointer l'agressivité dont le film a été victime de la part de la critique :

« L’intellect n’est pas mieux servi que les corps. Autant de brume et de boue dans les méninges.(…) Qu’une bonne partie de la jeunesse suédoise soit dingue, je n’en doute pas. Il ne suffit pas de photographier une camera entre un plan de seins (pas merveilleux) et un plan de fesses (pas jolies, jolies) pour introduire un recul critique, une réflexion morale. »
TELERAMA, 18 février 1968 Jean Collet

« L’antifascisme chez une jolie fille pourrait peut-être nous séduire : chez ce laideron, il exaspère (…) Ces suédois sont incorrigibles dans leur idéalisme bêtifiant. C’est entendu, ils sont pacifistes, ils n’ont pas eu de colonies, ils pratiquent la liberté sexuelle, ils sont socialistes, mais avec ces bons sentiments humanitaires, ils font un pays où l’on s’ennuie et des films tout aussi ennuyeux. »
CARREFOUR 14 février 1968

« Gloire au courageux malheureux et bravo aux voyeurs qui, la rétine humectée, réussiront à suivre jusqu’au bout cette bande réservée , vous l’aviez peut-être deviné, aux énervés du cinéma « expérimental » , aux exhibitionnistes et aux amateurs de production clandestines. »
LE SOIR (Bruxelles)

« Le film composé en mosaïque d’interviews, de séquences amoureuses, de fragments du réel et de fiction – quand il n’y a pas mélange des deux comme lors de la séquence forestière au point que l’on ne distingue plus l’un de l’autre - le film, donc, provoque chez le spectateur une vive fascination. Ce cinéma intelligent, brillant, corrosif est parfois un peu confus et c’est ce que voulait Vilgot Sjöman. »
POPULAIRE Guy Daussois 06 février 1968

« Ce qu’a voulu Vilgot Sjöman, à travers le portrait sans fard d’une jeune suédoise, c’est peindre les troubles de conscience d’une nation et le processus créateur du cinéaste. Le résultat était convaincant sur les deux plans, amplifié par la charge érotique du film. »
L’EXPRESS 18 février 1968

« Par Lena, le film existe , prend vie et à travers lui , elle exprime ce qu’il en coûte de chercher l’équilibre dans un monde déchiré par des contradictions politiques et sans être très belle ni très intelligente, elle mène avec une espèce de vaillance, un combat solitaire contre la société de consommation, la lacheté, l’avilissement, les compromis, les hypocrisies. »
LE MONDE Yvonne baby le monde 4 février 1968

« En tout cas, on ne pourrait sans mauvaise foi, accuser le film de pornographie tant la tranquillité de son audace et la constance de son humour permettent d’écarter toute impression de voyeurisme et de complaisance(…) c’est finalement son désarroi pathétique, sa quête désordonnée, sa curiosité insatiable, sa spontanéité intelligente qui font le prix de cet étonnant film. Elle est bien une héroïne de notre temps. »
LETTRES FRANCAISES Marcel Martin

« Nouvelle élucubration pseudo-lubrique du jeune cinéma (suédois). Vilgot Sjoman nous montre sous tous les angles et parfois dans le plus simple appareil une jeune fille qu’il décrit ainsi « grassouillette, la poitrine abondante, point laide mais absolument pas jolie »
LE FIGARO Louis Chauvet 9 février 1968

« Que ceux qui ont l’épiderme délicat soient prévenus : ils ne verront pas un film rose, ni de l’érotisme de pacotille. Le réalisme de Vilgot Sjöman et son regard sur l’homme sont d’une froideur d’entomologiste. Je suis curieuse n’est ni plus ni moins que La comédie humaine du vingtième siècle représentée par un jeune cinéaste suédois pourri de talent, d’angoisse et de pessimisme janséniste. »
COMBAT 1 février 1968 Henri Chapier

« JE SUIS CURIEUSE marque une date capitale. A son apparition, tous les films « allusif s » des soixante dix dernières années, tous ces baisers clos chastement par un « fondu » au noir, ont d’un seul coup vieilli de vingt siècles. »
LE NOUVEL OBSERVATEUR Michel Mardore 14 février 1968




Voir un extrait en vido :
Ext_je_suis_curieuse_jaune
envoyé par malavidafilms. - Regardez des web séries et des films.