La Belgique I

De : Bernard Dartigues

Avec : Philippe Caubère
France, 2005, PAL, 16/9 - 2 x 180 mn
zone 2, couleur, stéréo
23.00 €


LE CHEMIN DE LA MORT et LE VENT DU GOUFFRE sont les parties 7 et 8 du « Roman d’un acteur », composé de 11 pièces, écrites, mises en scène et jouées par Philippe Caubère, épopée tragique et burlesque, héroïque et naïve, qui relate la vie et l’apprentissage théâtral de Ferdinand Faure, double théâtral de l’auteur.

Elles relatent les aventures de Bruno et Ferdinand à l'Atelier Théâtral de la Nouvelle Belgique dirigé par Armand Delbarre, depuis l’arrivée pleine d’espoir après le divorce d’avec Ariane, jusqu’à l’échec du « Lorrenzaccio » au Palais des papes d’Avignon.

Jouées pour la dernière fois en 1994, et enregistrées à cette même occasion, ces pièces aujourd’hui mythiques sont enfin disponibles en DVD dans une édition d’une parfaite qualité technique.

En bonus, assistez également aux répétitions et à une séquence inédite tournée lors de l’intégrale au Théâtre des Carmes d’Avignon en 1993.

DVD 1 LE CHEMIN DE LA MORT – répétitions (14 mn)
PARTIE ROM : Présentation du spectacle

DVD 2 LE VENT DU GOUFFRE – répétitions (16 mn) – Avignon 1993 (10 mn)
PARTIE ROM : Biographie- fac similé du dossier de presse d’époque

LE CHEMIN DE LA MORT:

Armand Delbarre, directeur de l’Atelier Théâtral de la Nouvelle Belgique, propose à Ferdinand d’incarner Lorenzaccio au Palais d’Avignon, vingt ans après la célèbre interprétation donnée par Gérard Philippe.
Après que les rêves de gloire aient littéralement fait exploser la tête de notre héros, celui-ci se retrouve dans un champ de betteraves du côté de Waterloo, essayant de déchiffrer une adaptation du texte toute coupée et mal ronéotypée...
Après la fuite du comédien Santelli, héros de feuilletons télévisés et les tentatives pathétiques d’Armand Delbarre pour le remplacer au pied levé, on appelle à la rescousse Bruno Gaillardini. Ils vont se retrouver tous les deux, ces espèces de Marseillais, égarés dans la célèbre rue des « vitrines » de la gare du Nord de Bruxelles. Josette Van der Beck, hôtesse et non pas pute — elle y tient — va prendre au piège, telle une araignée dans sa toile, le malheureux Ferdinand Faure.

LE VENT DU GOUFFRE:

Grande nouvelle : Armand Delbarre a enfin pu recruter à Paris deux comédiennes du Conservatoire qui manquaient à la distribution : Christine et Réjane. Toute la bande, Ferdinand, Baryton-le-Belge-qui-n’est-pas-Belge, Pétrieux-le-Sorcier et les filles vont manger à Bruxelles...

Ferdinand va voir à la Cartoucherie « Le Roman d'une ordure », le dernier spectacle d’Ariane où visiblement elle s’en prend à lui. Horrifié, il s’enfuit dans la nuit. Rentré chez lui, il retrouve Clémence couverte d’herpès... Revenu en Belgique, drague et répétitions vont s’entremêler sous la houlette de leur metteur-en-scène admiré : Otomar Zabranou. Jusqu’au Festival d’Avignon où l’équipe de l’Atelier Théâtral de la Nouvelle Belgique, mené par son fougueux capitaine Armand Delbarre, va se lancer à l’assaut du grand Palais des Papes de Jean Vilar. Le combat sera épique, comique, dantesque, historique...




Voir un extrait en vidéo :

Le chemin de la mort
envoyé par malavidafilms