La danse du Diable (CD)

De : Philippe Caubère

Avec : Philippe Caubère
France, digipack 3 CD, CD 1: 57'56, CD 2 : 33'52, CD 3 : 60'35
toutes zones, stereo
20.00 €


La Danse du Diable est un spectacle joué par un seul acteur, qui en est l’auteur ; mais ce n’est pas un “ one man show ”, ni une série de sketches ; c’est une histoire ; comique parce que j’espérais qu’elle fasse rire, fantastique parce que je voudrais qu’elle fasse un peu rêver.

Cette histoire, c’est celle d’un personnage, Ferdinand Faure, jeune homme qui, dans le secret de sa chambre, s’imagine la gloire. Plus tard il va partir faire du théâtre pour ressembler à Gérard Philipe et surtout à Bruno, jeune premier du cours Molière. Là, il va lui arriver une ou deux catastrophes qui feront rebondir l’intrigue et permettront au conteur d’amuser le public.

Pour écrire cette pièce je me suis imposé quelques lois : l’économie des moyens, l’improvisation comme façon de chercher un langage, et puis, ne parler que de ce que je connaissais, c’est-à-dire plonger hardiment dans ma mémoire !… De ce voyage intérieur qui dura presque dix mois, guidé, critiqué, stimulé, épié par Jean-Pierre Tailhade et aussi Clémence Massart, est venu une sorte de texte, des personnages, des situations et quelques ébauches de scénario.

De ce brouillon j’ai tiré une fable. Je voulais que ce soit composé un peu comme une nouvelle, et néanmoins que ça reste une farce, j’allais dire, une blague. Il fallait que ce soit naïf ; c’est-à-dire que n’importe qui, connaissant le théâtre ou pas, puisse suivre et s’y reconnaître un tant soit peu.

Peut-on, de nos jours, parler de soi-même, de ses craintes intimes, de ses espérances, et que ce soit gai ? Peut-on raconter quelque chose du théâtre du point de vue de celui qui, en définitive, le fait, je veux dire du point de vue de l’acteur (ou du “comédien” comme on voudra) et que ça intéresse le monde ?

Peut-on rêver d’une écriture théâtrale délivrée, mais non débarrassée, de la littérature ? Peut-on imaginer un théâtre qui serait sincère sans être stupide ? Cruel sans être inutilement méchant ? Peut-on ? Peut-on ?… Je ne sais pas, j’espère. Et il me semble comme ça, confusément, que le public aussi l’espère ; il me semble.

Mais peut-être que je suis fou, ou prétentieux, ou les deux à la fois. Tant pis.

Philippe Caubère



La Danse du Diable a été écrite, mise en scène et jouée par Philippe Caubère, après avoir été improvisée sous la direction de jean-Pierre Tailhade et Clémence Massart.
Les lumières ont été réalisées par Roger Goffinet qui en a assuré la régie pour la quasi totalité des représentations.
La production a été assurée par Véronique Coquet.
L’affiche a été réalisée par Annie Abadie d’après une photo de Michèle Laurent.
Les photos sont de Michèle Laurent, Danièle Pierre et Christina van Peteghem.
Les musiques sont tirées du disque Le Mystère des Voix Bulgares, édité par Marcel Cellier. (Philips 558791-2)
L’enregistrement sonore du spectacle a été réalisé par Daniel Deshays.
Nathalie Cénac nous a conseillés et assistés dans le domaine juridique et Andrée Klasser nous a aidés par son travail sur les collectivités.
Le disque que nous publions ici est tiré de l’enregistrement des représentations du spectacle les 18, 19 et 21 novembre 1987, au Centre d’Action Culturelle Pablo Neruda de Corbeil-Essonnes.
La production exécutive et le mastering numérique de cette nouvelle édition (printemps 2008) ont été réalisés par Philippe Olivier, dit « Luigi » pour la Comédie Nouvelle.
Le texte de la Danse du Diable est disponible sur www.philippecaubere.fr


La Danse du Diable
Histoire comique et fantastique

Premier disque :
1 Entrée du public 0’25
2 Prologue 5’38
3 Moby Dick 7’09
4 La télévision 4’44
5 Le bonheur chez les russes 4’21
6 Robert 6’27
7 Johnny au Parc Borély 3’51
8 La nuit tombe 6’39
9 La chambre 9’17
10 Tous les talents de Ferdinand 5’03
11 Au revoir, mon Général ! 4’16

Deuxième disque :
1 L'annonciatrice 6’07
2 Le cours Molière 9’56
3 Bruno joue Illiouchine 11’03
4 Les conseils de la mère 6:43

Troisième disque :
1 Le théâtre dans la colline 4’53
2 La lettre à Bruno 8’27
3 Georges 6’47
4 Le retour de la mère 11’05
5 Ferdinand dans Illiouchine 10’51
6 Les passagers de l'autobus 2’24
7 Georges et Ferdinand 7’23
8 Le départ de la mère 2’12
9 La lettre 6’25