LA VIERGE MIRACULEUSE

De : Stefan Uher

Avec : Avec Jolanta Umecka, Ladislav Mrkvicka, Otakar Janda


Slovaquie, 1966, 1.66 - 94 minutes
Zone 2, Noir et blanc, mono
8.00 €


Seconde guerre mondiale, à Bratislava. Tristan, jeune poète rebelle, fantasque et aventureux, croise le chemin d’Annabella, femme mystérieuse qu’il invite dans un groupe d’étudiants surréalistes. Chacun cherche à en faire sa muse mais son caractère détaché et insaisissable leur fait perdre la tête...

Une œuvre essentielle du cinéma slovaque. C’est avec Bunuel un des rares exemples d’adaptation réussie d’un roman surréaliste. Publié en 1944, le livre culte de Dominik Tatarka (1913-1989) présente la création comme un îlot du libre accomplissement de soi et le surréalisme comme un rempart contre le réalisme socialiste. Et en 1966, alors que le surréalisme slovaque connaît une renaissance éphémère (expositions, publications…), le film eut une importance décisive pour la liberté d'expression.

La collaboration Uher-Bednár se prolonge dans cette adaptation poussant à l’extrême le duel onirisme/réalisme. Uher est au sommet de son talent, la virtuosité plastique s’incarnant idéalement dans une imagerie surréaliste. Avec la sidérante Jolanta Umecka (Le couteau dans l’eau), La Vierge miraculeuse achève pour Uher la tentation d’un cinéma pur pour se muer en cinéma de l’émancipation et du désir. Une œuvre rare et fascinante.



LIVRET (20 p.) :
- Portrait de Dominik TATARKA par Valér MIKULA.
- Portraits de Stefan UHER, Stanislav SZOMOLANYI, Ilja ZELJENKA.
- Entretien avec Juraj MOJZIS
- Critique par par Michal MICHALOVIC





Voir un extrait en vido :
La vierge miraculeuse - Extrait