LE BANQUET DES FRAUDEURS

De : Henri Storck

Avec : Jean-Pierre Kerien, Yves Deniaud, Françoise Rosay
Belgique, 1951, 109min
Zone 2, Noir et Blanc, VF / VOSTF • Version restaurée
15.00 €


C’est l’histoire d’un village traversé par trois frontières et habité par trois mondes, celui des travailleurs, celui des douaniers et celui des fraudeurs... A Dorpveld, village entre l’Allemagne, la Hollande et la Belgique, Siska, fille de douanier, vit une relation intense et clandestine avec Pierre, fraudeur chevronné... Mais avec la création du Benelux, l’ouverture de deux des trois frontières menace la survie de l’usine de chaussures locale et les activités des fraudeurs...

A l’heure des difficultés de construction de l’Union européenne, du Brexit, du dumping social et des délocalisations, de la montée des extrêmes et des crispations sur l’accueil des immigrés, le film est une saine occasion de remettre en perspective nos problématiques contemporaines et de débattre des sujets au cœur de nos sociétés contemporaines.

Cet unique long métrage de fiction du père du cinéma documentaire belge, Henri Storck (Misère au Borinage), est aussi le premier tourné en Belgique après la Seconde Guerre mondiale. Scénarisé par Charles Spaak, cette fiction aux résonances contemporaines, teintée d’un humour caustique, évoque la naissance de l’Union Européenne et milite pour l’abolition des frontières. Storck en profite pour illustrer une série de problèmes sociaux, fidèle à sa démarche de cinéaste du réel.

« Le Banquet des fraudeurs anticipe, avec une incroyable acuité, les impasses auxquelles est actuellement confrontée l’UE : délocalisations, nivellement des revenus par le bas, crise des migrants. Mêlant polar et mélodrame, il encourage à surmonter ces difficultés et à faire voler en éclats toutes les barrières, douanes, ponts, mais aussi nationalités ou classes sociales. Réalisé grâce des techniciens issus de « douze nations », comme le précise le carton final, le film est un hymne à l’entente entre Européens » TELERAMA

CANNES Sélection officielle 1952
SELZNICK Laurel Awards 1952