LES YEUX PLUS GROS QUE LE VENTRE

De : Uri Zohar

Avec : Uri Zohar, Arik Einstein, Sima Eliyahu
Israël, 1974, 76 mn
Zone 2, N&B, VOSTFR, Réalisation : Uri Zohar
Scénario : Uri Zohar, Yaacov Shabtaï
Photographie : David Gourfinkel
Montage : Anna Gourith
Musique : Miki Gavriélov
15.00 €


Benny Furman dirige une équipe de basket-ball dont la réussite de la saison est en train de se jouer. Marié, père de deux enfants, il multiplie les aventures extraconjugales. Mais sa femme découvre ses infidélités. Parallèlement, son meilleur ami, qui est aussi le meilleur joueur de son équipe, ne supporte plus son comportement de plus en plus méprisant pour ses proches… Benny perd les pédales…

Deuxième opus de la Trilogie de la plage, c’est le film le plus personnel de Zohar. Arik Einstein y signe son meilleur rôle en interprétant le meneur de jeu de l’équipe de basket. Tourné en Noir & Blanc, ce film très Nouvelle vague a systématiquement recours à l’improvisation, dans les situations et les dialogues. La mise en scène de Zohar se fait virtuose pour suivre l’errance intérieure de Benny et l’hystérie de son comportement.

Enfant terrible du cinéma israélien et icône de la bohème de Tel-Aviv, Uri Zohar devient avec Un trou dans la lune (1964) le chef de file de la nouvelle vague israélienne (la Nouvelle Sensibilité). Consacré à Cannes avec Trois jours et un enfant (1967, Prix d’interprétation masculine), il a littéralement inventé le cinéma israélien moderne et rencontré d’énormes succès publics via des comédies devenues cultes pour, au milieu des années 70, devenir rabbin ultra-orthodoxe, aux antipodes de la liberté de son cinéma…

Bonus : livret 16 pages + Portrait d’Uri Zohar (émission Viva cinéma, Ciné +) • Conférence d’Ariel Schweitzer à la Cinémathèque

« Une carrière fulgurante, faite de gestes d’auteur et de grands succès populaires » Charlotte Garson, L’ARCHE
« C’est un petit miracle de voir cette oeuvre quasi oubliée revenir sur les écrans français » Ariel Schweitzer, LES CAHIERS DU CINEMA