LOUISA, UN MOT D'AMOUR / L'ETREINTE

De : Paul Collet & Pierre Drouot

Belgique, 1972, PAL, 16/9 - 104 + 104 min
toutes zones, couleur, dolby digital 2.0


Indisponible à la vente actuellement


Titres originaux : LOUISA, EEN WOORD VAN LIEFDE / L'ÉTREINTE
Titres anglais : LOUISA, A WORLD OF LOVE / THE EMBRACE

Après des débuts corsés avec les films à scandale CASH? CASH! (1967) et L'ETREINTE (1968) Paul Collet et Pierre Drouot se tournent vers la génération peace and love et un public qui avait découvert le cinéma flamand avec MIRA. Louisa est un film en costume qui se déroule peu après la Première Guerre mondiale. Willeke Van Amelrooy, la vedette de MIRA, y interprète le rôle d’une aristocrate curieuse et épicurienne qui s'abandonne dans un ménage à trois avec deux bohémiens. Moins romantique, moins drapé de dentelle, c’est L'ETREINTE sur le second DVD, film avec lequel Collet et Drouot ont envoyé au tapis le Festival national du film belge d'Anvers en 1969. Un riche et jeune homme soumet une jeune bonne naïve à ses fantaisies érotiques et se retrouve bien dépité lorsqu’à la fin du film, le rapport de force se retrouve inversé. La thématique osée combinée à un angle psychologique était d’une nouveauté jamais vue pour l’époque.

LOUISA, UN MOT D'AMOUR: réalisation et scénario: Paul Collet & Pierre Drouot | dialogues: Jean Ferry | musique originale: Roger Mores | photographie: Eddy van der Enden | son: Jacques Eippers, Henri Morelle | montage: Gust Verschueren | art design: Rik Roesems, Philippe Graff | production: Paul Collet, Pierre Drouot, Alain Guilleaume, Henri Weis, André Weis | directeur de production: Antoon Carette | assistants à la réalisation: Paul Arias, Jan Keymeulen.

Distribution: Willeke van Ammelrooy ... Louisa | André van den Heuvel ... Pierre | Roger Van Hool ... Paul | Alison Macro ... Isabelle | Joris Collet ... Ivan | Hugo Metsers ... Charles | Annelies Vaes ... Lucie | Jet Naessens ... Madame Cluytens | Lo van Hensbergen ... Deschamps | Paul S'Jongers ... paysan | Martha Dewachter ... paysanne | Cara Van Wersch ... Gaste | Denise Zimmerman ... Paulette | Bert André | Cara Fontaine | Leendert Janzee | Lode Van Beek | Georges Van Gelder.

L'ÉTREINTE: réalisation: Paul Collet & Pierre Drouot | scénario: Annie Armand, Paul Collet, Pierre Drouot | musique originale: Roger Mores | photographie: Emmanuel Bonmariage | son: Jean-Baptiste Dulac | montage: Jean-Claude Serny, Daniel De Valck, Francis Collignon | Art design: Jacques Van Moorsel, Georges Herrard, Willy Dellaert | production: Paul Collet, Pierre Drouot, Henri Lange | directeur de production: Alain C. Guilleaume.

Distribution: Daniel Vigo ... Michel | Nathalie Vernier ... Gisèle | Letitia Sorel ... Leni | Oscar Delmart ... Uncle | Josée Cellier | Bernard Graczyk | Brigitte Kowaltjouk | Nicole Roegiers | Samba.


Compléments :
documentaire
· LES ARCHIVES COLLET & DROUOT (44 min.)

bandes-annonces
· CASH? CASH! (1968)
· MORT D'UNE NONNE (1975)


LES ARCHIVES COLLET & DROUOT

C’est entre 1966 et 1975 que les deux partenaires alors âgés d’une vingtaine d’années vont travailler ensemble. Ils vont réaliser quatre longs métrages qui, chacun à leur façon, expriment sans frein l’époque qu’ils vivent.

En 1966, fraichement sortis de l’école de cinéma, Paul Collet et Pierre Drouot réalisent en pleine Beatle-mania le film de jeunes CASH? CASH! Peu de temps après, sort pour les cinéphiles le film érotique L'ETREINTE (1968) qui connaît un succès international. En 1972, c’est le tour au film en costume, LOUISA, UN MOT D'AMOUR. Leur collaboration prendra fin en 1975 après le film MORT D'UNE NONNE, d’après le roman de Maria Rosseels.

Une constante dans la collaboration entre Collet et Drouot est la provocation. Dans CASH? CASH!, L'ETREINTE et LOUISA, UN MOT D'AMOUR, le scandale vient du contexte érotique, un vent de révolution sexuelle qui souffle jusque dans la Flandre catholique. MORT D'UNE NONNE est de la même veine, mais la provocation tient au contraire au choix du sujet : traiter d’une question religieuse en ces temps si peu religieux, surtout dans le chef de cinéastes non-religieux relevait de la gageure…

Moins visible, mais tout aussi essentiel pour le label « Collet & Drouot », c’est leur talent d’entrepreneurs, pour ainsi dire inné chez les deux hommes. Avoir une vision artistique, c’est bien, mais inutile si on n’arrive pas à la communiquer.

Bien vite, ce label « Collet & Drouot » obtient la reconnaissance, même si en pratique ce duo fonctionne comme un trio. La maison de production Showking Films, au début appelée Showcking Films, avec l’accent sur le fait de choquer, était constituée à l’époque de CASH? CASH! et de L'ETREINTE, de Paul Collet, Pierre Drouot et Guido Collet, le frère de Paul, comme troisième homme. Et au début, toutes les ambitions sont permises. Dans leur enthousiasme juvénile, les trois jeunes hommes projettent de créer un vaste empire Showcking, avec maison de production, boutique de mode (Barbarella) et discothèque (The Movies).

Après L'ETREINTE, Guido Collet quitte la maison de production et est remplacé par Alain-Claude Guilleaume. Après MORT D'UNE NONNE, Paul Collet décide, précisément comme son frère, de se lancer dans le monde de la mode. Il réalisera encore deux films à côté de cela : LA BETE (HET BEEST) et CLOSE. Drouot, lui, se consacre avec Alain-Claude Guilleaume dans un premier temps, à la production de films.

Ce qui est remarquable dans ces deux tempéraments différents, c’est qu’ils ont fonctionné pendant dix ans ensemble et que chacun de leurs grands projets a joui d'un intérêt considérable de la part du public. Et aussi, comme le raconte Pierre Drouot à la fin des ARCHIVES COLLET & DROUOT, ils sont parvenus à concilier leur obstination et le sens des affaires.

Erik Martens