PEAU DE COCHON

De : Philippe Katerine

Avec : Thierry Jousse, Anthony Karoui, Gaëtan Chataigner, Helena Noguera, Suzanne, Bruno, Didier Mr de Foursaings, Philippe Katerine, Edie, Dominique A

France, 2005, 1.66, 4/3 - 84 mn
zone 2, couleur, mono
11.00 €


Un voyage intime plein d’humour et de fantaisie, pop et aérien, secrètement tenaillé par le sentiment de la précarité de la vie, et oscillant de manière indécidable entre cueillette sauvage et arrangement de la réalité.

Salué par la presse comme un véritable événement cinématographique, PEAU DE COCHON est un film qui bouscule les conventions, qui innove par une forme à la fois désinvolte et recherchée, qui creuse d’une manière originale des thèmes graves sous des apparences légères : l’éphémère de l’existence, les vertiges du couple, le souffle de l’enfance.
Tourné en camera DV, le film s’insère dans la vague des œuvres issues du courant de l'auto-fiction. Mais par ses choix créatifs, son humour décalé, son dispositif, le film atteint une valeur universelle en s’attachant à des thèmes qui touchent chacun de nous. C’est un film qui pose de nombreuses questions sur le cinéma d’aujourd’hui, qui se joue des apparences (par sa forme « désinvolte »), des ambiguïtés entre le vrai et le faux (le film est-il « écrit » ou pas ? les comédiens en sont-ils vraiment), il s’insère dans une veine du cinéma français dont la filiation pourrait remonter à Jean Eustache. Il sera donc très intéressant à remettre en perspective.

Philippe Katerine est une personnalité du monde musical, un des représentants les plus connus de la nouvelle chanson française, au ton décalé et aux mélodies recherchées, qui avait déjà mis un pied dans le cinéma par l’écriture d’un album pour Anna Karina, puis pour les musiques des films des frères Larrieu (UN HOMME, UN VRAI, PEINDRE… OU FAIRE L'AMOUR, en sélection officielle à Cannes 2005).

Bonus: 39 min
- Séquence inédite: « Et patati patata »
- Clips de Philippe Katerine :
UN APRES-MIDI A PARIS réalisé par Pierrick Sorin, (C) 1994 Barclay, un label Universal Music France 1’56’’
MON COEUR BALANCE réalisé par Franck Roubaud , (C) 1996 Barclay, un label Universal Music France 2’15’’
EPK l’homme à trois mains, 10’12’’
JE VOUS EMMERDE, réalisé par Franck Roubaud, (C) 1999 Barclay, un label Universal Music France - Universal Music Publishing 3’23’’
POULET N°78120, réalisé par Daniel Klein et Patrick Beraud , (C) 2000 Barclay, un label Universal Music France 2’23’’
EPK 8ème CIEL 12’06’’
MORT A LA POESIE, réalisé par Gaëtan Chataigner, (C) 2003 Barclay, un label Universal Music France 3’39’’
100% VIP réalisé par Gaëtan Chataigner , (C) 2005 Barclay, un label Universal Music France 3’03’’

« C'est formidable. Comme l'œuvre minuscule d'un Moretti montmartrois, d'un Truffaut buissonnier, d'un Eustache scatophile.(...) voilà une voix, voilà un ton. » ELLE

« Surréalisme et confessions pavent cet autoportrait fragmenté qui dit de si belles choses sur la jalousie l’indifférence ou la liberté de faire. Voici du cinéma. Miracle : il est moins lourd que l'air ». PREMIERE ***

« Démarche passionnante,recherche en rythme d'un temps perdu (...), une poésie du dérisoire, de l'insignifiant, du déchet. » TELERAMA

« Tiens, un film vraiment pas comme les autres! Et réussi de surcroît ! Et drôle ! Et captivant ! Et intelligent ! C'est si rare (...) ce long métrage, l'un des plus ludiques et joyeux vus au cinéma depuis longtemps ». LE MONDE

« Toujours dans la marge, Philippe Katerine, chanteur, vient de réaliser PEAU DE COCHON, premier long-métrage. Où l’on constate les merveilleux dégâts d’une pensée pop : tout est jeu, construction de soi, dérision tragique, afféteries modestes pour objet composé de sketches ahuris et tordants qui ne ressemblent qu’à son auteur. Quelque part entre Eustache et les films iconoclastes du hardeur HPG. » LIBERATION

« Un des objets filmiques les plus étranges de l'année.(...) Inventif, vraiment très drôle, PEAU DE COCHON éblouit parfois, étonne toujours. » LES INROCKUPTIBLES

« Inclassable (...). Ce film aérien, léger, est porté par la parole facétieuse, malicieuse du cinéaste/acteur semblant glisser sur toute chose avec grâce (...). Sujet rare au cinéma : la fidélité à soi, la tendresse devant cet étranger qu'on a été.» LES CAHIERS DU CINEMA

« Il déborde d'une énergie indéniable et fourmille de trouvailles. Bercé par une douce ironie, le comique de situation répond au désenchantement inhérent aux difficultés de l'existence. » L'HUMANITE

« Que de classe au milieu de toute la crasse. » CINELIVE




Voir un extrait en vido :

Peau de cochon
envoyé par malavidafilms