TARNATION

De : Jonathan Caouette

Avec : Jonathan Caouette
USA, 2003, PAL, 1.66 - 90 mn
zone 2, couleur, stéréo


Indisponible à la vente actuellement


TARNATION est l'autoportrait psychédélique de Jonathan Caouette, 31 ans, qui dès l'âge de 11 ans, décide de filmer la chronique chaotique de son enfance dans une famille texane. Il tente d'exorciser ses traumatismes via son journal intime composé d'instantanés, de films en super 8 et vidéo. Il y dépeint la dureté de son existence, sa relation fusionnelle avec sa mère, sa passion pour le cinéma underground, la comédie musicale et la culture gay.

Bonus :
Interview inédite de Jonathan Caouette (30 mn)
Bande-annonce
Affiches
Galerie photos

« On n'a jamais vu un film pareil... Caouette, réalisateur de la bombe TARNATION, parrainée par Gus Van Sant, est le « wonder-boy » de Cannes 2004 (…) Jonathan Caouette a commencé à se filmer à l’âge de 11 ans comme poussé par la nécessité de se réinventer ailleurs. Croisement parfait entre récit de la marge et innovation technologique, cette vie filmée tient à la fois du cinéma expérimental américain et des 1ers âges du vidéo clip. » LES INROCKUPTIBLES

« Terriblement novateur, excitant et poétique » LE JOURNAL DU DIMANCHE

« TARNATION est un poème électrique, la radiographie d’une descente aux enfers, la version vidéo des lettres de Rodez... Une déchirante célébration de la vie, un collage intime plus universel que n’importe quelle fiction » LE NOUVEL OBS

« Du chaos de sa propre vie, Jonathan Caouette tire un film romanesque et fulgurant. Une épopée intime et bouleversante.» TELERAMA

« Le chant d’amour bouleversant d’un fils à sa mère et le détonnant portrait d’une Amérique déglinguée au carrefour de Cassavetes et Larry Clark. » ZURBAN

« La forme kaléidoscopique captive d’autant qu’elle est accompagnée d’une somptueuse BO. » PREMIERE

« Un autoportrait expérimental obsessionnel et rédempteur. » LIBERATION

Cette partie infime de la revue du presse reflète l’enthousiasme autour de ce film qui été un énorme événement cinématographique. Sensation à Sundance puis à Cannes, TARNATION est un film monstre, un film fou, qui a autant enthousiasmé le public que la critique. Film collage, film qui plonge aux confins de la folie, qui montre une existence incroyable, 1er film qui montre un réalisateur de génie, TARNATION est aussi un tournant dans l’appréhension des nouvelles technologies de l’image et du courant artistique dit de l'auto-fiction.

On parle depuis maintenant plusieurs années de la révolution créative que va engendrer une révolution technologique en marche : caméra numérique de plus en plus performante et abordable, logiciels de montage, ordinateurs « familiaux » surpuissants. Mais l’on attendait encore le film qui allait incarner cette évolution. Avec un budget de production de 280 $, TARNATION incarne idéalement cette tendance. Mais TARNATION, c’est avant tout un film qui condense et transforme trente années d’une vie chaotique en un raccourci virtuose et fulgurant de toutes les techniques de filmage « familial », super 8, 16 mm, DV, Hi 8, etc…, montrant à quel point la technologie a transformé la vision de nos vies et la mémoire familiale. Comment une vie entière peut aujourd’hui peut-être filmée. Une tragédie familiale à peine croyable, qui décrit une société américaine et un système de santé destructeur de vie. Le film a souvent été présenté comme un documentaire. Un amour immense entre un film et sa mère, surmontant toutes ces souffrances et le combat d’un jeune homme pour surmonter ces souffrances, affirmer et faire émerger sa personnalité et sa sexualité. En ce sens, TARNATION est un film humaniste et une incarnation de ce que le cinéma peut apporter à nos vies. Les techniques n’ajoutent rien au talent, elles peuvent juste permettre une révélation : or, Caouette a su organiser ce maelström visuel et sonore en un film captivant et bouleversant, grâce à un sens virtuose du montage.




Voir un extrait en vido :

Ba Tarnation St
envoyé par malavidafilms