ZOOLOGIE

De : Divers

Belgique, PAL, LIVRE - DVD - 140 min
toutes zones,


Indisponible à la vente actuellement


Langues : fran�ais, n�erlandais
Sous-titres & navigation : fran�ais, n�erlandais, anglais

Il y a bien longtemps, � l'�poque o� les hommes portaient encore des hauts-de-forme et o� les voitures �taient plut�t rares, � l'�poque aussi o� le zoo s'appelait encore ��Jardin Zoologique d'Anvers��, il y avait d�j� des animaux exotiques dans cette ville portuaire. Ils habitaient tout pr�s de la Gare Centrale, o� ils servaient de d�cor color� pour la promenade du dimanche de la haute bourgeoisie. En collaboration avec le zoo d'Anvers, la Cin�math�que Royale a constitu� cette anthologie de mat�riel audiovisuel ancien (1910-1960) rarement montr�. Hughes Mar�chal composa la musique qui accompagne les films muets.

DANS LE JARDIN ZOOLOGIQUE D'ANVERS [ca. 1910]
Vues de la ville d'Anvers tir�es du film SCHILDERACHTIG ANTWERPEN, suivies du film DANS LE JARDIN ZOOLOGIQUE D'ANVERS. Apr�s une vue panoramique depuis la cath�drale sur le port, nous voyons des images de la Pelikaanstraat, du Keyserlei et du Meir, film�es du toit d'un tram en mouvement. DANS LE JARDIN ZOOLOGIQUE D'ANVERS montre la vie dans le zoo, qualifi� d' ��un des plus remarquables d'Europe��, entre 1907 et 1914. Les derni�res images sont colori�es � la main. Le film est accompagn� au piano par Hughes Mar�chal.

LES FOLLES ANNEES VINGT [avant 1930]
Compilation d'images de la fin des ann�es vingt montrant la ville et le zoo. Le zoo est surtout v�cu comme un lieu de rencontre. Les images sont accompagn�es au piano par Hughes Mar�chal.

1943 : LE CENTENAIRE DU ZOO [1943-1944]
Images d'actualit�s des ann�es de guerre : des soldats allemands et des gar�ons et filles des Jeunesses hitl�riennes marchant dans un d�fil� organis� par le DeVlag (Deutsch-Vl�mische Arbeitsgemeinschaft) � l'occasion de la comm�moration de la bataille des �perons d'or. Le d�fil� passe par le Suikerrui, la Groenplaats, le Meir, le Keyserlei et l'Astridplein et se termine dans la salle de conf�rence du zoo. Malgr� les difficult�s occasionn�es par la guerre, le zoo d'Anvers f�te son centenaire en 1943.

LIBERATION [1944]
Images tourn�es par l'arm�e britannique � la Lib�ration d'Anvers en 1944. Des prisonniers de guerre allemands sont enferm�s dans les cages du zoo. Ensuite ils sont �vacu�s par longues rang�es vers l'Astridplein pour �tre transport�s vers d'autres destinations.

ACTUALITES DU ZOO [1940 - 1960]
Compilation de reportages, images d'archives et fragments d'actualit�s de cin�ma des ann�es quarante aux ann�es soixante. En 1948 le zoo inaugure le nouveau palais des oiseaux et accueille des nouveaux locataires en provenance du Congo belge, parmi lesquels quelques rares exemplaires d'okapis. Dans les ann�es cinquante, le zoo acquiert sa propre r�serve naturelle d'oiseaux, et des animaux en provenance du Soudan sont accueillis � l'a�roport d'Anvers. Dans les ann�es soixante, d'importants travaux d'am�nagement sont effectu�s pour adapter les habitations des animaux aux normes en vigueur.

ETE 1947 [1947]
Un film d'amateur tourn� pendant l'�t� 1947, dans lequel apparaissent surtout les visiteurs du zoo.

UN ZOO A VISAGE HUMAIN [1940-1960]
Choix d'images illustrant le fonctionnement social, culturel et �ducatif du zoo : des classes de zoologie pour enfants, des f�tes populaires et des f�tes dansantes, une f�te de P�ques pour les plus petits. Le zoo a �galement particip� � des activit�s se d�roulant en dehors de ses murs, comme la Parade de 1948.

COUP D'OEIL EN COULISSES [1949]
Film �ducatif de 1949 destin� � l'Enseignement montrant le soin apport� aux animaux dans les coulisses du zoo. Non seulement les animaux malades mais aussi les animaux en parfaite sant� demandent beaucoup d'attention.

PENSION DE FAMILLE [1955]
Les nombreux animaux r�sidant au zoo d'Anvers peuvent compter sur une petite arm�e de personnel de cuisine qui leur fournit des repas adapt�s. Des tests scientifiques sont ex�cut�s pour am�liorer les conditions de vie des animaux. Les animaux morts sont autopsi�s pour d�terminer la cause de leur mort. Tout est soigneusement enregistr� sur fiches par le personnel scientifique.

EN ROUTE POUR L'INSTITUT OCEANOGRAPHIQUE DE MONACO [1950]
Ce film commissionn� par le zoo est le rapport visuel d'un voyage aller-retour vers l'Institut Oc�anographique de Monaco, o� diff�rentes sortes de poissons et de tortues marines seront embarqu�es pour le zoo d'Anvers. A l'aller, le camion du zoo est accompagn� par les fr�res Vandevelde de Kessel-Lo, qui partent � la chasse annuelle aux reptiles en Alg�rie. A Monaco, l'�quipe de tournage accompagne le bateau de l'Institut qui part tous les jours en M�diterran�e � la recherche de poissons exotiques.

GUST [1953]
Film muet sur Gust le gorille - un des animaux les plus connus du zoo - et son gardien Samson. Nous sommes t�moins d'une journ�e dans la vie de Gust, arriv� r�cemment au zoo. Le gorille joueur est lav�, examin� et soign�. Apr�s la r�cr�ation, o� il re�oit la compagnie d'un ours en peluche et de deux lionceaux, Gust fait sa promenade dans le zoo parmi les visiteurs curieux. Le film est accompagn� au piano par Hughes Mar�chal.

UN OKAPI POUR LE ROI BAUDOIN [1955]
Un extrait du c�l�bre documentaire Bwana Kitoko d'Andr� Cauvin sur le voyage du Roi Baudouin au Congo belge et au Ruanda-Urundi en 1955. Sur l'ordre de l'officier de chasse du Gouvernement G�n�ral d'Epulu, une tribu de Pygm�es part capturer un okapi dans la for�t vierge. Cet exemplaire vivant est offert au Roi Baudouin en souvenir de son voyage.

LE SINGE ALI [avant 1947]
Film ��scientifique�� dans lequel un certain professeur Vermeylen explique comment on peut influencer l'instinct naturel des animaux � l'aide de dressage.

MADAME BABYLAS AIME LES ANIMAUX [1911]
Film muet du pionnier fran�ais Alfred Machin, qui �tait �galement actif en Belgique, o� il a entre autres tourn� quelques films burlesques. Madame Babylas adore les animaux et ne peut s'emp�cher d'acqu�rir sans cesse de nouveaux exemplaires. Son mari ne peut que subir le fait que leur maison se transforme progressivement en un vrai zoo. Jusqu'au jour o� il d�cide de se venger� Accompagnement au piano par Hughes Mar�chal.

Deux images : un �l�phant dans le zoo d'Anvers vers 1910, un autre au m�me endroit, mais aujourd'hui, presque cent ans plus tard. Quelles sont les diff�rences ? En effet, l'�l�phant est rest� le m�me. L'histoire n'est pas une affaire d'animaux. Il y a bien entendu la grande histoire de l'�volution, mais laissons-la de c�t�. L'�l�phant n'a pas chang�, tout le reste, oui. La terre qu'il foule, la nourriture qu'il mange, l'air qu'il respire, le zoo et la ville qu'il habite et m�me la for�t dont il est issu. Tous ces changements sont l'�uvre de l'homme.

Si nous devons caract�riser le vingti�me si�cle par un seul mot, ce sera bien celui de changement. Des changements qui s'acc�l�rent sans arr�t et qui sont li�s � l'impact grandissant de la technologie sur notre monde.

Parmi ces technologies qui ont chang� le monde, il y a l'invention de l'image anim�e ou art de la cin�matographie, le cin�ma. La beaut� de cette invention miraculeuse est qu'elle est arriv�e juste � temps pour enregistrer ce si�cle changeant et pour garder la m�moire de ce processus � l'intention des g�n�rations � venir. Pourtant, cent ans n'est pas grand-chose. Avec un peu de chance on pourrait apercevoir par exemple nos propres arri�re-grands-parents en train de visiter le zoo d'Anvers. La port�e de l'instrument cin�matographique comme longue-vue historique est donc assez limit�e. N�anmoins ces cent ans semblent incroyablement lointains, m�me si le monde d'antan pr�sente beaucoup de similitudes avec celui d'aujourd'hui. Il en poss�de au moins les germes : Anvers faisait d�j� partie en 1910 d'un monde qui s'urbanisait. Les rares voitures roulaient � c�t� des chevaux et des charrettes. L'imposante Gare Centrale, le temple des temps modernes, �tait le symbole m�me de l'�volution et du modernisme. La nature vierge y �tait tout aussi absente qu'aujourd'hui. Raison de plus pour imaginer un jardin zoologique. Le zoo d'Anvers fut fond� en 1843, une bonne cinquantaine d'ann�es avant l'invention du cin�ma. C'est le quatri�me zoo sur le continent europ�en, apr�s celui de Vienne (1752), Paris (1792) et Amsterdam (1838).

Sous la pression de la grande acc�l�ration touchant la soci�t�, nous voyons que les images d'hommes et d'animaux subissent �galement des changements. Au milieu du si�cle pr�c�dent, la Belgique poss�dait encore une colonie, et on parlait d'autres groupes ethniques comme de demi-hommes, avec peu de droits, plus ou moins comme on parlait d'animaux. Bon nombre d'images et d'expressions de jadis nous choquent aujourd'hui, bien que ce n'�tait pas intentionn� � l'�poque. Les animaux aussi sont trait�s de fa�on plus ��humaine�� de nos jours. Enfermer des animaux derri�re des barreaux, ce qui �tait admis autrefois, n'est plus accept� maintenant. Un �norme chemin a �t� fait depuis dans beaucoup de domaines, m�me si nous savons que les id�es et convictions d'aujourd'hui seront consid�r�es comme d�pass�es dans vingt ans.

Pourquoi regarder aujourd'hui des vieux films qui font revivre le zoo d'hier ? Pr�cis�ment parce qu'ils font revivre l'histoire. Parce qu'ils sont diff�rents de la vie d'aujourd'hui. Diff�rents et en m�me temps reconnaissables. Cela nous co�te �tonnamment peu d'effort de nous sentir proches des personnages et des animaux de ces films. M�me si les images sont en noir et blanc, si elles sont parfois endommag�es, et m�me s'il n'y a pas toujours de son. Elles nous rappellent que nous appartenons � l'histoire, que l'histoire progresse dans notre propre vie.

Voil� pourquoi nous commen�ons le DVD avec les images les plus anciennes que nous avons pu retrouver du jardin zoologique d'Anvers. Nous aboutissons alors aux ann�es dix et vingt du vingti�me si�cle. L'origine pr�cise de ces images n'est pas connue. De nombreux enregistrements de ce genre circulaient sous diff�rentes formes. Ces films sont pr�sent�s avec un accompagnement au piano compos� sp�cialement pour cette �dition par Hughes Mar�chal.

En principe nous optons pour des films complets, parce que ce n'est qu'ainsi que l'esprit du temps est enti�rement mis en valeur. Dans certains cas c'est impossible ou ind�sirable, par exemple pour des images d'actualit�s cin�matographiques ou des images qui n'ont jamais �t� mont�es. Il nous a sembl� important de r�unir une diversit� de mat�riel aussi grande que possible pour que le th�me soit illustr� d'autant de points de vue diff�rents. Le DVD contient donc des reportages, des sujets d'actualit�s, des courts-m�trages, des films �ducatifs, de fiction, de promotion, des images d'amateur�

En 1943 le zoo d'Anvers f�tait, en pleine guerre, son centi�me anniversaire. Nous avons retrouv� un extrait d'une actualit� de guerre allemand et, de la m�me p�riode, nous avons trouv� � l'Imperial War Museum des images de la Lib�ration, film�es par l'arm�e britannique. Nous y voyons des soldats allemands emprisonn�s dans les cages aux fauves.

Apr�s la p�riode de l'occupation et de la Lib�ration vient le temps de la reconstruction. Le zoo et ses visiteurs d�bordent de vitalit� et d'optimisme dans les ann�es quarante, cinquante et soixante. A cette p�riode, le zoo m�me prenait la cam�ra en main. Un groupe d'amateurs passionn�s, parmi lesquels le pharmacien cam�raman Victor Six, produisit une centaine d'heures de mat�riel, en majorit� des courts documentaires ou des exercices d'observation des diff�rents animaux vivant dans le zoo. Nous avons choisi les images dans lesquelles - en dehors de l'animal - ce sont surtout l'homme, son monde et sa culture qui sont repr�sent�s. Nous voyons les personnes qui prennent soin des animaux et g�rent le zoo, bref nous voyons le zoo de l'int�rieur. Nous le montrons �galement de l'ext�rieur, car le zoo avait aussi une fonction de lieu social, de lieu de rencontre. Des individus, des groupes et des organisations ont utilis� ce jardin d'animaux comme un ��jardin humain��.

Parmi la grande vari�t� d'esp�ces, deux sont d'une importance particuli�re pour le zoo : le gorille Gust et l'okapi.
Gust le gorille, vedette flamande connue loin au-del� de la ville, fut le favori absolu du public. Un portrait intime et �mouvant lui est consacr�, mis en musique par Hughes Mar�chal (les images d'origine n'ont pas de bande sonore).
L'int�r�t pour l'okapi est d'un autre ordre. L'animal ne fut ��d�couvert�� qu'en 1901 et en 1919 le zoo d'Anvers fut le premier au monde � en pr�senter un sp�cimen vivant dans sa collection. D'un point de vue international, l'okapi est rest� un des grands atouts du zoo d'Anvers. Depuis lors Anvers tient le livre g�n�alogique des okapis et coordonne le programme international d'�levage.

Nous terminons notre s�lection par deux curiosit�s qui se rapportent joliment � notre th�me, bien que, � proprement parler, ils ��singent�� quelque peu notre approche s�rieuse. Le premier film est un documentaire pseudo scientifique des ann�es quarante, montrant un professeur �rudit voulant transmettre ses connaissances en mati�re de dressage d'animaux. Le deuxi�me bonus est un tr�s vieux film d'un pionnier du cin�ma, le fran�ais Alfred Machin, qui a aussi beaucoup film� en Belgique et qui dans MADAMA BABYLAS AIME LES ANIMAUX nous entretient de mani�re burlesque des cons�quences d'un amour excessif pour les animaux. �galement mis en musique par Hughes Mar�chal.

Pour garder une vue d'ensemble nous avons organis� les films en plusieurs chapitres, et en vue de faciliter leur accessibilit�, tous les films sont sous-titr�s en fran�ais et en anglais.

Cela vaut aussi en partie pour les textes qui suivent dans la partie livre de cette �dition. A Harry Schram, directeur de l'EAZA (l'Association europ�enne des Zoos et Aquariums) nous avons demand� d'�crire un texte pour placer le zoo d'Anvers et cette collection de films dans un contexte zoologique plus large. Une deuxi�me contribution g�n�rale, �crite par le journaliste anversois Frank Heirman, dessine les grandes lignes de l'histoire de la ��Soci�t� Royale de Zoologie d'Anvers��, en bref la Zoologie, le nom sous lequel aujourd'hui encore le zoo est connu parmi le public anversois.

Vous remarquerez que des grands moments historiques du zoo d�crits par Frank Heirman, peu se trouvent sur le DVD. Certains datent d'avant l'invention du medium cin�matographique. Mais m�me plus tard, il ne s'agit souvent pas des points culminants de l'histoire m�me, mais plut�t de leurs �chos. Dans ces films vous ne trouverez donc pas la pluie, mais bien les rues mouill�es. Cela n'emp�che pas que notre ambition reste audacieuse : c'est le temps m�me que nous voulons saisir.

Erik Martens